Château Malijay
day by day

All the news of the castle

7 décembre 2012 No comment

Un côtes du Rhône séduisant


Dans le mensuel « Gens du sud » du mois de novembre 2012, Michel Egéa, journaliste et chroniqueur spécialisé dans la gastronomie et l’oenologie au journal La Provence, nous livre un très bel article sur Château Malijay, il nous fait partager ses impressions de dégustations…



A l’automne 2007, Pierre Deltin, médecin marseillais, réalise un rêve en achetant le Château Malijay, dans la plaine d’Orange ainsi que le domaine de 125 ha de vignes qui l’entoure. Le premier château, dont subsistent les bases et les premières hauteurs d’une tour, date du XIè siècle. Un lieu chargé d’histoire où l’on cultive la vigne depuis 1562 comme en témoignent quelques documents.

Cépages : 85% de Syrah, 10% de Grenache et 5% de Mourvèdre

Ici, c’est le rouge qui coule dans les verres. 90% de la production est d’une belle couleur rubis ; la Syrah, le Grenache et le Mourvèdre sont les cépages rois. Mais sous l’impulsion de Pierre Deltin, une restructuration du vignoble s’effectue progressivement et, depuis l’an dernier, quatre hectares de Grenache blanc et un peu de Viognier sont venus renforcer les parcelles de clairette. Ceci pour développer les volumes de vin blanc. Quant au rosé, d’une année sur l’autre, ce sont 30 hectolitres qui sont commercialisés.

L’une des autres particularités de ce vignoble, c’est qu’il est composé, à 50% de vignes de plus de 40 ans et, sur ces 50%, 15% ont plus de 80 ans. Autant dire que les rendements sont peu élevés et que les concentrations sont belles.

Pour l’heure, les vins de Château Malijay ne voient pas le bois. Et, à vrai dire, ils ne s’en portent pas plus mal. Pour preuve, cette cuvée « La part des anges » 2011 que nous avons sélectionnée pour vous. Une belle complexité en bouche avec du fruit et de la matière liée à une cuvaison longue. Un vrai rouge de caractère. Mais nous avons aussi eu un coup de coeur au cours de notre dégustation pour la cuvée Petit Prince, un vin de pays friand et soyeux. A 4,50 euros la bouteille, c’est une vraie bonne affaire.

Article paru dans la Provence Gens du sud n°18 – Novembre 2012 – Par Michel Egéa – Photo Valérie Suau

Les commentaires sont fermés.